Médecine Générale et de Famille
Bienvenue à MedGen

Le forum des médecins généralistes
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Sondage

De nos jour, et d'une façon générale, un médecin gagne-t-il convenablement sa vie?

14% 14% [ 6 ]
64% 64% [ 27 ]
21% 21% [ 9 ]

Total des votes : 42

Partenaires 1

ESCULAPE

FORUMACTIF

Mots-clés

Visiteurs de MedGen
Today

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 



Le médecin généraliste face à la mort de ses patients

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le médecin généraliste face à la mort de ses patients

Message par Dr Habib le Mer 11 Aoû - 16:51

crying
Le médecin généraliste est confronté à la mort de ses patients comme tous les médecins, mais son cas est particulier dans la mesure où il prend en charge ses patients dans leur globalité et dans leur environnement habituel. Dans la société moderne actuelle, les patients attendent beaucoup de lui. Pourtant, l’identification avec ceux qui meurent soulève des difficultés quels que soient l’âge et le sexe du médecin. Consciemment ou non, les médecins résistent comme tout un chacun et tant qu’ils peuvent à l’idée de leur propre mort. Le changement qui affecte leurs relations avec les mourants suppose un déplacement du rôle du médecin, une maîtrise de savoir-faire et de compétences relationnelles particulières puisqu’il s’agit de dépasser la neutralité émotionnelle qui est la règle dans les soins. Or la formation
initiale des médecins, hospitaliers ou libéraux, occulte complètement, ou quasi-complètement, cette dimension de la pratique. Sans doute parce que leur formation est essentiellement hospitalière, et que le fonctionnement d’une telle structure ne demande généralement
pas au médecin ce déplacement de rôle. Les médecins se forment donc eux-mêmes, au cours de leurs expériences, à la fin de vie. Cet apprentissage autodidacte semble incontournable, mais ils pourraient préalablement disposer de quelques clés leur permettant de comprendre, par exemple, les différentes pratiques et conceptions de la mort d’un point de vue socioculturel, ou encore de bases de psychologie indispensables à l’accompagnement au deuil. Cela leur permettrait de trouver plus aisément la « bonne distance » par
rapport aux situations qu’ils rencontrent et à ce qu’ils vivent. En effet, les médecins généralistes apparaissent bien seuls lorsque les données de la science ne suffisent plus et qu’il s’agit de mettre en acte une « médecine accueillante » envers les maux des patients. Tout comme ils se retrouvent également seuls et sans « refuge émotionnel » pour partager les émois inhérents à leur exercice. On pourrait même élargir cette formation en psychologie au-delà du domaine de la fin de vie, à l’ensemble de la relation médecin-patient, tellement importante en médecine générale.
pleurer à flot
avatar
Dr Habib
Admin
Admin

Messages : 206
Date d'inscription : 05/07/2010
Masculin Age : 50
Localisation : Tunisie
Emploi/loisirs : Médecin libre pratique

Voir le profil de l'utilisateur http://medgen.healthgoo.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum